Résultats désastreux

Comme nous le craignions(nous en avions fait part à FMR qui n’a rien voulu entendre) Stifani a été en mesure d’annoncer sa victoire.

Quelque soient les moyens qu’il a utilisé pour l’obtenir, ces moyens étaient attendus, connus. Pour ne pas faire courir de risque supplémentaire, la coordination a renoncé aux actions prévues, laissant à FMR l’initiative.

Qu’a fait FMR de cette initiative ? Rien ! Incapable de fournir les résultats en temps réel, magré ses promesses, incapable d’appliquer la sommation présentée par Seiler, pas de mise au vote la motion de revocation de Stifani…!

Le comble : dans la seule province où cette motion a été mise au vote(Maine), elle a été votée à l’unanimité !!! Quel gâchis de ne pas l’avoir fait  !

Il est trop tôt pour analyser la situation. Dans tous les cas elle est catastrophique, sauf pour Stifani qui peut continuer tranquillement.

Mais la vie maçonnique est jalonné de tels contre temps. Sachons tirer les leçons de cet épisode douloureux, nous reconstruire.

La coordination maçonnique n’a maintenant plus lieu d’être, son rôle étant achevé. Nous recommandons à chacun d’écouter son coeur, les bases de l’engagement maçonnique et ne plus se laisser bercer et berner par des meneurs, qu’ils soient « guides » ou opposants au « guide ».

Bonne route, mes frères.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Résultats désastreux

  1. Didier Lacaze dit :

    DECLARATION COMMUNE D’OPPOSITION.

    Le 16 octobre dernier, les résultats du vote, même s’ils n’ont pas été, de très peu, à la hauteur de nos espérances, ont toutefois légitimé notre démarche et les points de vue que nous défendons depuis neuf mois.
    Et ce malgré la campagne intense d’intimidation et de démagogie menée par Pisan.
    L’unité tant souhaitée par Tous, dans le rejet d’un pseudo Guide Spirituel ne permet pas encore de réunir à ce jour les conditions nécessaires à la rénovation inévitable.
    Les Frères de bonne foi ne peuvent se satisfaire d’une Maçonnerie « bipolaire » déviée par une volonté de matérialité et d’honneurs totalement profanes, représentée à sa tête par un GM diviseur.
    La référence constante à des statuts et règlements volontairement biaisés par petites touches depuis 1997 au moins, répond plus à de la mégalomanie qu’à une écoute des Loges.
    En cela, nous ne sommes plus dans la Tradition et la Réforme en est d’autant plus urgente : Les notions de guidance spirituelle sectaire, d’électoralisme mondain, de sanctions iniques, de médiatisation des Frères et de course aux honneurs ont été complétés par des nominations de dernière minute qui ont permis le résultat limité pour le « pouvoir » en place !!
    Notre but immédiat est de rassembler, car l’obtention de tels résultats mitigés dans les conditions viciées de vote constatées (délocalisées par crainte d’échec, sans délégation de pouvoirs …etc…) ne peut se terminer sans que la justice profane ne soit contrainte de prendre position.

    Courage mes FF, persévérez dans le Devoir A.L.G .D. G.A.D.L’U. Jean Murat

  2. Didier Lacaze dit :

    LE SCRUTIN DU 16 OCTOBRE N’ETAIT PAS JUSTE ET PARFAIT

    1/ LES FONDEMENTS JURIDIQUES DE L’AG DU 16 OCTOBRE ETAIENT VICIÉS

    Comme l’ont fait remarquer les blogs Myosotis, les membres de FMR, Claude Seiler, Jean Murat, et de nombreux FF indépendants, spécialistes en droit (à l’instar de l’intervention très applaudie d’un professeur de droit à l’assemblée fractionnée de La Grande Couronne), l’AG du 16 octobre est viciée par définition : elle est pluri-localisée, il n’y a pas de visioconférence, le Président de l’association est représenté par le GMP. Or ce dernier ne dispose pas des pouvoirs du Président, comme, par exemple, celui de changer ou rajouter un point à l’ordre du jour.

    2/ LES DÉS ETAIENT PIPÉS

    a. Le nouveau libellé de l’article 1.2 « PRÉSIDENCE ET COMPOSITION» du Livre 1 du Règlement intérieur (ex-Constitution et Règlement Général Édition 2002) stipule désormais que « Les membres de droit (de l’Assemblée Générale) sont le Grand Maître, les membres nommés par lui pour cinq ans dans la limite maximale d’un centième des membres de l’Association et les membres à vie que sont les Anciens Grands Maîtres, Députés Grand Maître, Assistants Grand Maître, Grands Maîtres Provinciaux ou de District et les Grands Inspecteurs, ayant exercé leurs fonctions pendant trois années consécutives, ainsi que tout membre à vie au 1er janvier 1999. » Dans les Constitution et Règlement Général Édition 2002, l’article 1.2 « Présidence et Composition » stipulait « Les membres de droit (de l’Assemblée Générale) sont le Grand Maître et les membres du Souverain Grand Comité. »

    La base du collège électoral des membres de droit participant à l’Assemblée générale a donc été considérablement élargie, de plus d’une centaine de membres, sans que nous en ayons un décompte ou pointage précis.

    A notre connaissance, les nouveaux statuts de la GLNF de septembre 2009 n’ont pas été votés en Assemblée Générale des membres de l’Association (même problématique que l’allongement de la durée du mandat en cours du GM de 3 à 5 ans).

    La modification du collège électoral des membres de droit, induisant de nombreux nouveaux votants (en outre, 82 nouveaux membres ont été nommés in extremis au SGC, soit 2,5 % des votants de droit) est donc de nature à fausser lourdement les résultats de ce scrutin : l’écart de voix entre le OUI et le NON est inférieur à ce chiffre.

    b. Le même article 1.2 « PRÉSIDENCE ET COMPOSITION» précise que « les membres délégués (à l’Assemblée Générale de la GLNF) sont le Vénérable Maître en fonction et le 1er Surveillant de chaque Loge, en leur qualité de représentants de celle-ci.

    Observons que de nombreux membres délégués qui ont voté à l’AG du 25 mars ne sont plus en fonction. Une nouvelle AG aurait dû réunir les mêmes membres délégués, ce qui implique qu’elle aurait dû être organisée avant le 30 juin 2010, ce qui n’a pas été le cas. Les délais impartis (entre le 25 mars et le 30 juin) ne constituaient pas un obstacle à eux seuls. Le président de l’association avait d’ailleurs en son temps promis d’organiser cette nouvelle AG avant le 30 juin 2010.

    Cette modification substantielle du collège électoral invalide à notre sens la régularité du scrutin du 16 octobre.

    Autre point de droit important : comment des membres délégués nouveaux, installés en septembre 2010, soit après la clôture des comptes financiers de l’exercice (au 31 août 2010), peuvent-ils être amenés à se prononcer et à voter des comptes dont ils n’étaient en aucune manière responsables ?

    3/ LA PRESSION MORALE SUR LES DELEGUES, DANS CERTAINES PROVINCES INFEODÉES A FS, ETAIT MAXIMALE ET ILLEGALE

    L’analyse des votes Province par Province montre bien un contexte déloyal du déroulement de l’AG pluri-localisée. C’est l’une des différentes raisons pour laquelle seule une AG centralisée et conforme aux Statuts de la GLNF (article 14) était légale.

    Comment en effet expliquer le paradoxe de Provinces ayant massivement voté pour le NON à l’ensemble des résolutions, à l’instar de Dauphiné-Savoie, Picardie Val de France, Neustrie ou Paris pour n’en citer que quelques unes… et le piètre score du NON dans les Provinces contrôlées par les fidèles lieutenants-GMP (PACA, Guyenne et Gascogne, …, et le scandale de Nice avec des salles séparées et des votes sous haute pression).

    Que penser du vote de la Réunion, avec 100 % de OUI ? Et pourquoi 4 membres du SGC ont-ils subitement débarqué ? Qui a acquitté leurs frais de déplacement et de séjour ?

    Et que dire du vote acquis à l’avance de la pseudo Province de Pisan formée par de non moins pseudo Loges d’Excellence ?

    Par ailleurs, une Loge 0 (zéro) est-elle en droit de faire voter des Délégués alors que les Statuts de notre Association précisent que les votants doivent être à jour de leurs cotisations ?

    Pourquoi dans les Provinces ayant voté massivement OUI n’y a-t-il eu aucune question des délégués, ni intervention en AG ?

    On ne peut s’empêcher de penser à certaines bonnes vieilles méthodes d’intimidation qui ont fait leurs preuves…

    4/ UNE CAMPAGNE ELECTORALE PAYEE PAR NOS COTISATIONS

    Enfin que dire de l’argent (encore les Métaux !) dépensé dans cette campagne électorale massive pour le OUI. N’oublions pas qu’il s’agit des cotisations des FF qui sont ainsi dilapidées.

    Quel est le coût de ces Brèves, de ces numéros d’Actualité sur-mesure vantant à longueur de colonnes votre action et l’Amour pour vos FF ? Publierez-vous des comptes de campagne, Monsieur Stifani ?

    Monsieur Stifani, nous vous reprochons encore une fois d’avoir introduit les métaux dans le Temple.

    CONCLUSION : LE SCRUTIN DU 16 OCTOBRE N’ETAIT PAS JUSTE ET PARFAIT.

    Les conditions d’un scrutin démocratique, objectif et transparent n’ont jamais été réunies lors de cette AG illégale du 16 octobre qu’il convient donc malheureusement de qualifier de bidon !

    Les comptes qui nous ont été présentés n’ont jamais fait l’objet d’une certification par des commissaires aux comptes. Ils ne peuvent donc fournir une vision claire, fidèle et transparente de la gestion financière de la GLNF, de ses filiales et satellites.

    Les résultats sont plus que contestables et seront contestés par la voie de tout recours et saisine judiciaires possibles.

    Plus que jamais, nous appelons nos FF à rester mobilisés et à poursuivre le combat contre un pouvoir illégitime et discrédité !

    Les méthodes déloyales employées pour parvenir à imposer le OUI renforcent notre conviction que la GLNF a besoin d’un salutaire changement de direction et de mode de gouvernance.

    Didier

  3. cmacons2010 dit :

    Jean Murat ? ou Didier Lacaze ?
    En effet, il faut sortir de là.
    Entre autres par la justice, mais ca ne suffit pas.
    Il est nécessaire que nous nous soutenions mutuellement. C’est ce que nous avons fait unilateralement en retirant toutes nos actions prevues, à la demande de FMR qui assurait avoir prévu. Or, Rien ! absence totale d’FMR sur le terrain. D’où une amertume de beaucoup de freres.
    Mais maintenant, il faut construire. Autour de Jean Murat, leader charismatique serait idéal, même si evidemment ca l’expose à tous les coups.

    Il faut aussi la « force de frappe » FMR. Car une demarche n’a de sens qu’au niveau national.

  4. Didier Lacaze dit :

    Bien évidement, mes FF, vous aurez compris que Didier Lacaze travaille main dans la main, au sens maçonnique du terme, avec Jean Murat. Il ne saurait avoir ni divergence, ni dissension entre eux. Nous somme unis vers un même but, refonder la GLNF, réunir ce qui épars, démocratiser, simplifier et améliorer ses structures et ses méthodes de gouvernance.
    Nous faisons tous confiance à Jean Murant, authentique garant de la Tradition, pour conduire les réformes indispensables et retrouver enfin une sérénité et le chemin du chantier.
    J’ai dit !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s